Google rachète Fitbit : l’autorisation de l’UE est acquise
Dans un communiqué de ce jeudi 17 décembre, la vice-présidente de la commission européenne annonce la fin de l’enquête sur le rachat de Fitbit par Google. Après avoir entendu les parties prenantes et les concurrents du géant de l’internet, la commission européenne conclut que cette opération n’obstrue pas la transparence du marché et le respect des règles de concurrence. Par conséquent, elle autorise le rachat de Fitbit par Google.

Une assurance sur la préservation d’un marché concurrentiel

La garantie est donnée par le commissaire de la commission européenne qui affirme que tous les engagements nécessaires ont été pris par Google pour assurer la préservation d’un marché ouvert et concurrentiel.  Cela concerne autant le marché des appareils de technologie portable que celui des services de santé numériques. Les engagements pris par le géant de l’internet porte sur la manière dont les données seront collectées, gérées et utilisées à des fins publicitaires.

Une assurance de la préservation de la liberté de choix des consommateurs

Google prend l’engagement de garantir une liberté de choix aux consommateurs. Cela concerne spécifiquement la possibilité donnée aux utilisateurs de partager leurs données relatives à la forme physique et à la santé si tel est leur choix. C’est plus l’abus de position dominante qui inquiétait les autorités vu le chevauchement qu’il pourrait y avoir entre les activités de Fitbit et celles de Google. Ainsi, elles redoutaient des restrictions de l’accès de concurrents à l’API Fitbit ce qui obstruerait l’arrivée de nouvelles startups dans le domaine.

Un partenariat sur le long terme

Les engagements pris avec Google s’étalent sur dix années renouvelables. Sur l’objection soulevée par certains concurrents de Google qui redoutent l’utilisation de la base de données de Fitbit par Google pour asseoir sa domination, la commission européenne estime que le secteur des services de santé numérique n’est pas encore très évolué pour permettre une telle chose.
Concernant le respect de la vie privée, Google s’engage à respecter les normes du RPGD rendant obligatoire le consentement sans vice du concerné en cas de traitement des données sanitaires d’une personne.
En somme, une panoplie d’engagements et de garanties a été prise par Google devant l'Union Européenne pour montrer sa bonne foi. On peut citer la non utilisation des données de Fitbit pour le compte de Google Ads, la séparation des données entre Fitbit et Google, le choix donné au consommateur d’autoriser le stockage de ses données sanitaires dans son compte Google, entre autres.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :